14.06.2013

Souvenirs d'arbitre

DSCF2400.JPG

Roland Garros vient de fermer ses portes. Ancien arbitre international, badge blanc de l'ITF (International Tennis Federation), je me souviens.
J'y ai officié plus de quinze ans, sur les lignes et sur les chaises, des qualifs jusqu'aux finales.
En regardant les finales cette année, sur ma télé, les arbitres de ces finales Hommes et Dames m'ont fait resurgir de très bons souvenirs.
tennis
Finale Hommes, Nadal contre Ferrer et sur la chaise Cédric Mourier. Je l'ai connu en 91, à Lyon, en finale de la Coupe Davis France - Etats Unis remportée par la France avec Leconte, Forget et Noah. Nous étions tous deux juges de ligne, pour moi c'était la consécration  après 8 ans de parcours à pister la petite balle jaune et la ligne blanche, pour Cédric c'était le premier grand rendez-vous à la sortie de l’adolescence. Pour nous deux, ces 3 jours de Coupe Davis, ce fut une expérience inoubliable.

tennisFinales Dames, Serena Williams contre Maria Sharapova et sur la chaise Kader Nouni, le catalan de Perpignan.
Je l'ai rencontré après Cédric, lors du concours du Jeune Arbitre à Roland Garros que je dirigeai alors comme membre de la commission fédérale d'arbitrage.
Cédric faisait d'ailleurs partie des formateurs de ce concours où chaque ligue envoie, pour une semaine, son meilleur jeune arbitre. Le jeune Kader, aussi timide que passionné, y a franchi tous les obstacles et s'est ouvert la porte de l'arbitrage de haut niveau. Sa voix n'était pas encore aussi grave (on le surnomme le Barry White de l'arbitrage !).
Et l'élève a dépassé le maître, et largement, et j'en suis bien heureux.

Ce n'est donc pas sans nostalgie et fierté que j'ai retrouvé Kader et Cédric sur la chaise des deux finales de Roland, consécration suprême pour un arbitre français. Se souviennent-t-ils de William ? Moi, je me souviens d'eux, c'est l'essentiel et je leur souhaite un excellent parcours perché à 2,5 m sur leur chaise.
tennisMoi, je n'ai pas rompu les liens avec l'arbitrage, je juge-arbitre les tournois Jeunes de mon club, Sorède, et me fait un point d'honneur à ce que toutes les finales soient arbitrées.
Et croyez moi ou pas, deux 9-10 ans qu'il faut guider autant qu'arbitrer, c'est attachant même quand on a, comme moi, arbitré les plus grands de ma génération, les Mc Enroe, Sampras, Connors, Edberg, Becker et bien sûr les Noah, Leconte et Forget.

Merci Kader, merci Cédric et peut-être à bientôt lors d'un autre Grand Chelem.

07:00 Publié dans Sport | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tennis |  Facebook | |

Les commentaires sont fermés.