03.12.2012

Travaux après l'inondation : le point

inondations

Le 21 novembre 2011, le Tassio en furie ravageait Sorède de la Vallée Heureuse à la Coscolleda.
Un arrêté de catastrophe naturelle était pris dès le mois de décembre.

Une première estimation des réparations et aménagements de prévention aboutissait à plus de 3 millions d'euros. L'expert désigné par l'état chiffrait, en septembre, les réparations à 2 millions d'euros (simple remise en état à l'exclusion de réaménagements à caractère préventif). La participation de l'état sera de 50% de cette expertise. Compte tenu des autres financements, il restera plus de 600 000 euros à la charge de la commune, chiffre considérable.

inondationsUne réunion publique, à l'initiative de la municipalité, en présence des représentants de diverses administrations et d'experts (*), a permis de faire le point sur les études et travaux réalisés, en cours ou à venir.

~~Le sous-préfet a rappelé que la préfecture se donne 4 années pour aider le plus efficacement possible Sorède dans sa reconstruction et dans ses projets remis en cause par la catastrophe.
inondations~~Le SIGA du Tech a fait le point sur les travaux concernant la rivière (Coût total de 48 500 euros) :
- état des lieux, recensement des embâcles, obtention des autorisations administratives
- évacuation des déchets et matériaux divers en mars
- barrage de la Rasclose (désengravement) en mai
- traversée de Sorède nettoyage des embâcles et arbres morts en septembre, secteur du Mas d'En Denis en octobre
~~La CdC a réalisé des travaux de protection torrentielle le long du Tassio et remis en état et amélioré le réseau d'eau potable.
inondations~~Le service RTM et l'ONF a présenté son diagnostic hydraulique sur le linéaire de 5,5 km du Tassio, l'échéancier d'actions sur plusieurs années et la première phase de travaux
- soutènement rue de la Coscolleda (1er semestre 2013) coût 620 000 euros
- reprise de l'enrochement de la passerelle (décembre 2012) coût 12 000 euros, destruction d'une ancienne prise d'eau coût 4000 euros
- soutènement en aval du pont del Mitg (décembre 2012) coût 12 000 euros
- soutènement aval rue des Castanayers ( 32 000 euros)
- restauration des berges en aval du barrage de la Farge coût 12 000 euros
~~La nouvelle passerelle a été présentée : 25,5 m de long, 2 m utile de large, forme en arc surélévé avec rampes d'accès. Le marché a été passé pour un coût de 354 627 euros avec 5 mois de travaux (fin mai 2013), reconstruction jugée indispensable par le maire.

inondationsUn débat s'est instauré autour des points suivants avec, à chaque fois, réponse de la part des intervenants sous l'arbitrage du maire :
- non prise en compte de certains dégâts par l'expert : barrage de la Fargue, Maison Garrigue, rue de la Coscolleda ainsi que l'expertise limitée à la remise en état à l'exclusion de réaménagements préventifs, incohérence unanimement condamnée
- route en amont du pont del Mitg qui présente toujours un gros risque. Le caractère Domaine privé de certains travaux pose problème
- le pont de la Fargue qui n'est pas considéré comme prioritaire et dont l'aménagement est fondamental.  Les travaux à mener demandent une étude technique très compliquée qui donc prendra du temps
- un enrochement en milieu de rivière au niveau de la maison Garrigue semble oublié. La RTM s'engage à venir sur place et proposera une solution technique autre qu'un simple écrêtage avec accord des riverains
- travaux provisoires de voirie qui s'avèrent inefficaces. Dans l'état actuel, la commune n'a pas les moyens financiers de mettre en œuvre des solutions pérennes et aucun intervenant ne propose une aide.

Cette réunion publique a permis de faire le point, en toute transparence, sur la remise en état du village. Il a été donné acte, à plusieurs reprises, de la bonne réactivité de certains intervenants (municipalité, CdC, SIGA), des efforts faits pour mener les travaux dans les meilleurs délais et en transparence de gestion et de choix.
Il a aussi été souligné les insuffisances graves du rapport d'expertise, les incohérences qu'il engendre, les insuffisances des financements non seulement des réparations mais surtout des solutions pérennes et préventives que le village mérite.

(*) Yves Porteix, maire de Sorède, Philippe Saffrey sous-préfet, le SIGA (Syndicat intercommunal de gestion et d'aménagement) du Tech, le service RTM (Restauration des territoires de montagne) , l'ONF (Office national des forêts), la Communauté de communes (CdC), la DDTM (Direction Départementale des Territoires et de la Mer), l'attaché parlementaire du député, le maître d'œuvre de la passerelle.

Les commentaires sont fermés.